Ksar Hôtel

                                                        

                                                           Ksar Hôtel à été édifié par l'architecte Fernand Pouillon

                          dans les années soixante dix à Seraidi, un village touristique non loin d'Annaba ou j'ai grandi.

                                   J'ai photographié ce lieu édénique avec amour et sans repit pendant plusieurs saisons.

                                  Ce travail  réalisé en 2009 fut exposé la première fois au Centre culturel français d'Annaba

                                                      puis  en Octobre 2010 à L'Alliance Française de La Haye (Pays Bas).

 

 

                                                            "L'hiver habillé de brumes, je l'admirais déjà tout jeune,

                                      en été,lorsque la lumière devient souveraine le transformant en une oasis surréelle...

                                                                                             Divine lumière !

                                                           Sa blancheur immaculée à la chaux répandue chaque saison

                                                              sur les parois de ses murs, ses niches et ses terrasses

                                                          rappellent les sanctuaires aux coupoles arrondies du désert...

                                                               Milles fois photographiée et sans cesse,

                                                                 capricieuse et changeante elle m’invite à y retourner,

                                                capter d’autres images, d’autres éblouissements, d’autres rêves…

                                                                                       Lieu d’aérienne  quiétude.

                                                      Je l’ai souvent photographié en songeant au corps d’une femme.

                                                  A la sensualité qui se dégage de ses courbes et l’élégance de ses lignes…

                                                                                     Ce Ksar serait –il une femme? 

                                         Parfois en m’oubliant dans ses dédales, je cru entendre  une voix et sa musique ancienne. 

                                                                                Qui peut  se lasser d’un tel  Paradis ?

     

 

 

                                                                                               © El Hadi Hamdikene 2015